Sécurisation des grandes voies maritimes

 

La problématique posée est de trois ordres :

1- la "libre" circulation d'armes de guerre dans des zones du monde où le respect du droit national (ou international) n'est déjà pas à l'ordre du jour, ne peut être une bonne chose en soi.

2- l'absence de cadre juridique international établi et éprouvé pour encadrer la manière de déceler une menace à l'encontre d'un navire et la manière "d'y répondre par pallier"

3- le commandant d'un navire étant seul maître à bord, ces Equipes de Protection Embarquée, dès lors que la sécurité du navire et de son équipage est en jeu, doivent-elles continuer à lui obéir ou sont-elles libres d'appliquer des règles d'engagement en "toute liberté". Lire la suite...

« C'est un véritable cancer qui se développe avec ses métastases et on atteint peut-être un stade de non-retour », a déclaré, vendredi, l'ancien ministre, chargé, par Ban Ki-moon, d'un rapport sur les questions juridiques liées à la piraterie somalienne. Jack Lang doit présenter « une série de solutions juridictionnelles, pénitentiaires et sécuritaires ».

L'article entier ici / archives pdf.